L’UE, 50 ans après le Traité de Rome - 21 mars

Chantiers de la citoyenneté Coorganisés par les Amis du Monde diplomatique-Luxembourg et ATTAC-Luxembourg

Conférence de Bernard Cassen, directeur général du Monde
diplomatique
, professeur émérite à l’Institut d’études européennes de l’Université
Paris 8
, fondateur d’ATTAC France.

Mercredi 21 mars 2007 à 20 heures, salle A21 au Centre de Rencontre Abbaye de Neumünster, 2 rue Münster, Luxembourg Grund

A l’heure où les gouvernements se préparent à célèbrer en grande pompe la signature du traité de Rome en mars 1957 pour faire oublier les désaccords, voire le rejet exprimés par les populations sur la construction européenne, il est peut-être utile de s’interroger sur la nature de celle-ci.

Les promoteurs de la Communauté économique européenne (CEE) en 1957 pensaient qu’une Europe politique pourrait émerger d’une intégration économique fondée sur les dogmes de la concurrence et du libre-échange. Rien de semblable ne s’est produit.

En supprimant les protections internes et externes, en libéralisant à tout-va, la CEE, devenue Union européenne (UE) par le traité de Maastricht (1992) a renforcé l’emprise du marché mondial et la dictature de la finance globalisée. L’Acte unique (1986), les traités successifs : Maastricht, Amsterdam (1997), Nice (2000), Rome (projet de traité constitutionnel de 2004), ainsi que les directives européennes la tirent davantage encore dans ce sens. Bernard Cassen expliquera les origines de la construction européenne, pourquoi celle-ci s’est faite sans consultation démocratique et aussi quels sont les chemins alternatifs que l’Union devrait prendre pour sortir de l’impasse néolibérale dans laquelle elle s’est enfermée.

Retrouver la conférence en format audio ici}